Un projet d’Éco-urbanité (iscra, 2004)

Un projet d'Éco-urbanité : L'expérience d'ECObox dans le quartier La Chapelle à Paris, ISCRA, 2004, 69 pages (dont 6 planches de photos couleur)

Pascal NICOLAS-LE STRAT

Cette publication peut seulement être téléchargée au format pdf.

 

Cette « Notes et Études » présente une recherche réalisée au printemps 2004, à l’invitation de Doina Petrescu et Constantin Petcou, dans le quartier La Chapelle à Paris, sur le site de la halle Pajol (friche industrielle, anciennement entrepôt SNCF).

La recherche concerne un projet d’activation urbaine – le projet ECObox – dont l’objet est l’occupation temporaire et participative d’espaces en friche ou sous-aménagés afin d’y installer des micro-équipements de proximité.

Cette stratégie d’Éco-urbanité s’est concrétisée, sur le site de la halle Pajol, par la création de micro-jardins autogérés et de modules urbains mobiles (module "cuisine", module "bibliothèque"…).

Les initiateurs d’ECObox ont su conserver au projet sa « disponibilité », sa porosité, sa transversalité. C’est une condition incontournable pour que la participation des habitants devienne effective. En effet, comme espérer un authentique engagement des personnes si les imaginaires restent bridés (par une esthétisation envahissante) et les usages contraints (par une technicité intimidante ou une trop grande segmentation des espaces) ?

ECObox a su se développer en préservant une certaine discrétion de fonctionnement (pas de réglementation suspicieuse), loin également de l’activisme si souvent observé en matière d’intervention sociale ou urbaine. L’utilisation de matériaux de récupération (par exemple, des palettes en bois pour la confection des micro-jardins) est emblématique de ce projet qui se maintient réceptif et adaptable, ouvert aux initiatives.