Recension des livres de Pascal Nicolas-Le Strat

 

- Les sciences sociales au travail du commun : le savant fait politique, par Sébastien JOFFRES, in revue RUSCA n°9, 2016

« Avec un peu d'imagination, nous pouvons dire que si Weber a laissé derrière lui Le savant et le politique, alors Pascal Nicolas-Le Strat lèguera Le savant fait politique. Il travaille aussi ce chantier en y développant une version originale et radicale de la réponse à la question épistémologique qui devient sous sa plume « épistémopolitique ». Dans le cadre du projet politique des communs – qui se pose comme voie alternative à l'État et au capitalisme – il propose que le chercheur et avec lui les sciences sociales soient pleinement partie prenante de la construction de cette nouvelle voie. Ce n'est plus en tant qu'expert ou bien qu'intellectuel avant-gardiste qu'il participe à la construction d'un futur désirable. C'est en tant qu'acteur, apportant les outils de la recherche, selon une certaine éthique ou épistémopolitique, qu'il contribue au même titre que les autres à fonder les communs dans le cadre d'expérimentations de modes de vie, de collaboration, de travail, d'intervention... Le chercheur n'est donc plus missionné ou bien intéressé à distance. Il participe en tant que citoyen concerné. Pascal Nicolas-Le Strat propose donc d'inscrire les sciences sociales au cœur d'un projet de société ».

 

- Recension de Le travail du commun, par Toni NEGRI, in Variations n°19, 2016

« Comment se dessine cet espace entre « travail du commun » et « commun au travail » ? Autour de cette question se construit la partie la plus intéressante de l’ouvrage mais, en réalité, il ne s'agit pas d'une partie mais d'un continuum. C'est là que le sociologue montre l'originalité de sa méthode : celle qui, à pieds nus, parcourt des territoires inconnus – « ânes du désert », disait un des maîtres de cette sociologie libre et aventurière, « ânes du désert » qui marchent seuls, tracent des pistes et trouvent des sources d’eau ».

 

- Ouvrir les coulisses d'une recherche ou le projet de ce site, par Sébastien JOFFRES

Dans cet article Sébastien Joffres entre en discussion avec le chapitre « Expliciter les processus : la recherche-action dans une perspective open-source » de mon livre Quand la sociologie entre dans l’action puis montre la manière dont il s'approprie cette réflexion dans le cadre de la préparation de sa thèse et de la création de son blog Processoc' (Thèse faisant).

 

- Foules, nombres, multitudes : qu’est-ce qu’agir ensemble ?, par Yves CITTON, "A propos de Local contemporain n°5, Thomas Berns, Gouverner sans gouverner.Une archéologie politique de la statistique, Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques et Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l’expérimentation", in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 01/06/2010.

Extrait de l'article de Yves Citton : "Il est au moins une autre voie sur laquelle l’interrogation liée à la notion de multitude a produit un corpus d’écrits importants, novateurs et suggestifs : l’analyse micropolitique des contre-pouvoirs constituants. Dans ce domaine, le sociologue Pascal Nicolas-Le Strat mène un travail patient et exemplaire, qui est appelé à gagner en visibilité. Ses deux derniers ouvrages, Expérimentations politiques (2007) et Moments de l’expérimentation (2009), recèlent, malgré leur brièveté, des mines d’analyses et d’intuitions plus suggestives les unes que les autres... On voit en quoi les livres de Pascal Nicolas-Le Strat sont précieux et essentiels pour mieux comprendre non tant ce qu’est que ce que peut devenir une multitude. Ses analyses théoriques sont toujours orientées vers des cheminements concrets que nous pouvons tous emprunter pour favoriser, intensifier et approfondir nos pratiques coopératives".

 

- Notice de présentation de Moments de l'expérimentation, in N'Autre École n°26, été 2010, p. 74.

Extrait de la note de présentation : "À l’heure où les formes visibles de l’antagonisme, au sein de l’école, s’épuisent dans un syndicalisme aveuglément défensif, ces politiques de l’expérimentation « nous invitent à réinterroger la manière dont nous séjournons dans notre propre activité – la manière dont nous l’habitons – et à la (re)formuler sur un mode plus autonome ». Ce livre confortera donc tous les pédagogues qui ont décidé de changer l’école sans attendre LA mirifique réforme gouvernementale".

 

- Recension de L'expérience de l'intermittence (Dans les champs de l'art, du social et de la recherche) par Gaëlle REDON, in Sociologie de l'Art 2/2006 (OPuS 9 & 10), p. 213-216, en accès libre sur Cairn Info.

 

- Recension de La relation de consultance (une sociologie des activité d'étude et de conseil), par Evelyne Jardin, in Sciences Humaines, n°147, mars 2004, sur le site de la revue.

 

- Lecture croisée : Des interférences discrètes ou secrètes ? Sociologies, arts et littératures, par Gérard FABRE, à propos de "Pascal Nicolas-Le Strat, Pour parler. Entre art et sociologie. Rencontre avec Slimane Raïs (PUG, 2002) et Pierre Lassave, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences (PUF, 2002)", in Sociologie de l'Art 1/2005 (OPuS 6), p. 183-193, en accès libre sur Cairn Info.

 

- Recension de Une sociologie du travail artistique (Artistes et créativité diffuse) par Soazig HERNANDEZ, in Sociologie de l'Art 3/2004 (OPuS 5), p. 163-166, en accès libre sur Cairn Info.