Pour parler, entre art et sociologie (PUG, 2002)

Pour parler, entre art et sociologie - rencontre avec Slimane Raïs, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, 98 pages - ISBN : 2-7061-1103-8

Pascal NICOLAS-LE STRAT



L’œuvre de Slimane Raïs se réalise sous le signe de la rencontre et de la conversation. C’est aussi de cette façon que ce livre a été confectionné, sur le mode d’un échange, un échange qui s’amorce en février 2000 dans le cadre de la Biennale d’art contemporain de Lyon et qui se poursuivra sur deux années, au bon vouloir de l’un et de l’autre.

L’œuvre de Slimane Raïs interpelle et travaille de nombreuses sensibilités de vie, et elle entraîne alors le sociologue vers des zones d’indistinction où les grandes catégories sociologiques du privé et du public, de l’intime et du commun ne s’excluent plus mais s’indéterminent. En accordant une présence publique (sous la forme d’un agencement artistique) à des fragments d’existence, à peine entraperçus, souvent infimes, elle met la sociologie en situation d’indécidabilité. Ce qui d’ordinaire se répartit naturellement entre l’intime et le public devient parfaitement indécidable. Comment, dès lors, juger d’une situation que l’initiative artistique assimile à une expérience publique alors que toute notre expérience la perçoit comme une expérience intime ?

Le travail de Slimane Raïs sollicite de nombreuses « configuration sensibles »: ces moments d’intimité que nous destinons à des répondeurs téléphoniques (Le Magasin, Grenoble, 1997), des émotions personnelles qui se mêlent à une célébration publique (Crédac, Ivry, 1998), des secrets jalousement conservés que nous dévoilons à un inconnu (Arteppes, Annecy, 1997), les mots les plus communs auxquels nous recourons pour exprimer une part intime de soi, un désir (Art sur la place, Lyon, 2000), le partage incertain qui traverse nos CV entre valorisation et dépréciation de soi (Villa du parc, Annemasse, 2001).