Constitution de l'activité

Le capitalisme post-fordiste démultiplie et dissémine les activités immatérielles, qu’elles relèvent des champs artistique, intellectuel (formation, recherche sociale, consultance) ou social (insertion, prévention, éducation). Ce processus de massification déstabilise profondément les institutions qui, historiquement, assuraient la structuration et la régulation de ces activités. Ce processus de dissémination et de démultiplication de la force de travail immatériel ne doit pas être analysé uniquement sur le registre de la perte (des distinctions historiques) et de la crise (des statuts canoniques). Des lignes constituantes fraient leur chemin ; elles demeurent contradictoires et fragmentaires. Elles sont donc à travailler politiquement et à travailler au plus près de l’activité, en rapport immédiat avec les nouvelles configurations productives. Il serait illusoire de leur opposer des idéaux statutaires et institutionnels aujourd’hui définitivement défaits politiquement. Les travailleurs de l’art, du social et de la recherche ne peuvent se défendre que sur le terrain qui est le leur, sur celui que détermine le capitalisme post-fordiste, en particulier sur le terrain d’une constitution politique de l’activité.


Articles de Pascal NICOLAS-LE STRAT portant sur La constitution de l'activité :


La constitution intermittente de l'activité, avril 2004

L'exode du travail hors de sa condition salariale, 2000

 

Vers un statut d'intermittent de la recherche, 1994