Rapport de/au savoir

La constitution des savoirs se développe à une échelle de masse, sous une forme démultipliée et disséminée. Faire œuvre d’érudition est une qualité qui ne se décline plus au singulier, à l’image du savant parfaitement au fait de son domaine d’étude, mais devient l’affaire de plusieurs sur la base d’une coopération intellectuelle. L’érudition est une qualité désormais intrinsèquement liée à la coopération. Dans un tel contexte, la constitution d'un savoir implique plusieurs dimensions qui doivent être traitées avec un égal intérêt : des dimensions épistémique (le rapport au savoir), épistémologique (l'ontologie des savoirs), polémologique (les rapports sociaux de savoir) ou encore méthodologique (les modes d'existence des savoirs).


Articles de Pascal NICOLAS-LE STRAT portant sur Le rapport au/de savoir :


Retour sur l'expérience du journal de thèse, décembre 2008

Des compétences indisciplinées, avril 2008

Co-évaluer les situations de travail, janvier 2007

Politique des savoirs, septembre 2006

Lorsque le savoir bégaie, l'irruption des schizo-apprentissages, 2000

Micro-ethnographies : l'analyse du vécu au service des experts, 1993